Abonnez vous à la newsletter !
Inscription newsletter

Des fruits, Des legumes, des fleurs

prunes

Période de récolte :

  • avril
  • mai
  • juin
  • juil.
  • août
  • sept.
  • oct.
  • nov.

Particularités

Sa forme est généralement sphérique, plus ou moins allongée, sa couleur varie du jaune clair au violet foncé (couleur prune).

Le voile blanc ou bleuté  qui recouvre certaines prunes s'appelle la pruine, elle est le signe de grande fraicheur et de l’absence de manipulation. C’est une pellicule naturelle composée d’acides gras qui protège le fruit des agressions climatiques et de certains ravageurs.

La prune est un fruit qui ne murit pas après récolte, il faut donc la cueillir à maturité et pour cela rien de mieux que de suivre les conseils qui vous seront donnés dans vos Cueillettes Chapeau de Paille.

Astuces : conservation, dégustation

La prune est un fruit fragile qui ne va se garder que quelques jours au réfrigérateur (attention à la perte de goût). La prune peut parfaitement se congeler après l'avoir dénoyautée.

Ses utilisations sont nombreuses. On la consomme en fruit cru de table, mais aussi en dessert, en gâteaux, en accompagnement de viandes et de plats, en confiture, et en fruit séché, en effet le pruneau d'Agen est obtenu par le séchage à 80°C pendant 24 à 48 heures de prunes provenant d'un Prunus d'ente. On peut la conserver en bocaux pour la consommer plus tard.

Certaines prunes sont plus ou moins sucrées. La mirabelle est celle qui aura le taux de sucre le plus élevé. La quetsche pour sa part conserve un équilibre sucre/acide différent.

Historique

On ne connaît pas vraiment l'origine du prunier domestique. Il semble cependant que le prunier soit originaire de perse et du Caucase. La mirabelle fût introduite en lorraine au XVème siècle. La reine Claude est une vieille variété baptisée ainsi en l'honneur de l’épouse d’un roi. La prune violette quetsche s'est-elle attachée aux coteaux alsaciens. La légende raconte que les croisés revenant défaits de Damas en Syrie, rapportèrent une variété nommée prunier de Damas. On les critiqua alors, en disant qu'ils étaient allés là-bas « pour des prunes », expression signifiant « pour pas grand-chose », voire « pour rien ». Une petite prune dénommée Damassine est encore cultivée localement en Suisse.